Comment diagnostiquer l’obésité ?

L’obésité est une affection chronique évolutive qui se manifeste par une surcharge pondérale. Ses causes sont multiples et vont d’un excès de calories dans l’alimentation à l’environnement socio-économique, en passant par la sédentarisation, l’hérédité, et des causes psychologiques.

Le diagnostic le plus simple de l’obésité se fait sur la base d’une proportion poids/ taille au m2 de l’IMC (indice de masse corporel).  C’est une maladie qui touche autant les adultes, les adolescents que les enfants, et son taux de prévalence partout dans le monde, est en constante augmentation.

Aujourd’hui problème de santé publique, l’obésité a vu se développer pour elle, tout un domaine de la chirurgie, appelé chirurgie bariatrique, et comprenant des interventions comme le bypass, l’anneau gastrique ou encore la sleeve gastrectomie. Mais, avant d’envisager le traitement médical ou chirurgical, comment se déroule le diagnostic physique et clinique de de l’obésité ?

Le diagnostic de l’obésité

  • Le diagnostic physique

L’obésité correspond à une accumulation de graisse « néfaste pour la santé »selon l’OMS. La masse de graisse corporelle correspond à 10 à 15 % du poids total de l’homme, et 20 à 25 % en ce qui concerne la femme. On parle d’obésité quand la masse graisseuse corporelle, représentée par l’IMC, représente déjà un risque pour la santé, un risque de mortalité.

L’obésité infantile est appréciée en fonction de la distribution de la corpulence au sein de la population. Ce sont généralement les courbes de croissance entre les filles et les garçons qui permettent de mesurer l’obésité de l’enfant. Ces courbes d’évolution sont le plus souvent représentées sur les carnets de santé.  L’obésité de l’adulte est évaluée lorsque l’IMC est supérieur ou égal à 30, avec l’évolution du risque de comorbidité et surtout de mortalité. Une mesure du tour de taille aussi est importante dans le diagnostic de l’obésité. Il s’agit d’évaluer la répartition corporelle de la graisse. Lorsque cette graisse est localisée sur la partie supérieure du corps, l’abdomen en particulier, il s’agit d’une obésité androïde, qui est généralement masculine mais pas uniquement. Dans le cas contraire, il s’agira d’une obésité gynoïde, féminine le plus souvent.

  • Le diagnostic clinique de l’obésité

Le traitement de l’obésité ne peut se fait sans prise en compte de l’histoire pondérale du patient. Il s’agit ici de savoir à partir de quel moment, il a constaté une évolution de son poids, ce qui permet d’emboîter sur les circonstances de ces modifications pondérales. La prise de poids est-elle liée à un problème hormonal, une grossesse, la puberté, la ménopause ? Toutes ces questions permettent d’identifier les causes qui peuvent bien être aussi  liées à un choc émotionnel, le changement du milieu de vie, le sevrage tabagique, etc. 

Par ailleurs, une enquête alimentaire permettra de préciser à partir du régime alimentaire du patient, si la cause de sa prise de poids n’est pas liée à une consommation abusive des aliments riches en calories, les aliments gras ; tout comme l’enquête sur l’activité physique permettra d’identifier le temps qu’il accorde au sport à la marche, ceci pour savoir si ce n’est pas la sédentarité qui en est la cause. Les antécédents familiaux ou l’environnement familial aussi vont être évoquées. Mais à quoi ça sert ce diagnostic ?

Traitement et suivi du patient

Après avoir effectué les analyses complémentaires comme la glycémie à jeûn, ce diagnostic permet de prescrire le traitement adéquat, qui peut être une prescription sur le régime alimentaire ou des conseils sur l’activité physique, une prise en charge psychologique du patient, un traitement pharmacologique ou un traitement chirurgical.

Laisser un commentaire