Est-il vrai qu’il faut boire du vin avec le tabac ?

Tout le monde reconnait que le tabagisme est très nocif pour la santé. Il abîme les dents et la gencive, accélère le vieillissent et engendre même des problèmes de pigmentation, sans oublier notamment le cancer. Cependant, les toxicomanes ne peuvent toujours pas résister à une cigarette.

De toute évidence, selon les médecins la seule façon de se protéger est de cesser de fumer. Toutefois, la plupart des gens ne sont pas en mesure de le faire. Une nouvelle étude a conclu que boire un verre ou deux de vin rouge avant de fumer une cigarette peut protéger.

Explication

En effet, le haut niveau de phénol détenu dans le vin rouge stimule la formation de l’oxyde nitrique qui rajeunit les artères coronaires. Selon la nouvelle étude publiée par The American Journal of Medicine, ce processus est assez puissant pour protéger les artères du tabac qui influe les artères et l’âge des cellules.

En revanche, le but de cet article et de l’étude n’est nullement d’encourager les gens à fumer ou à adopter ces habitudes comme mode de vie. En outre, l’intérêt est sur les fumeurs occasionnels plutôt que les toxicomanes.

L’expérience

L’étude a examiné les effets du tabagisme sur divers processus biochimiques dans le sang et les vaisseaux de 20 personnes non-fumeurs qui sont en bonne santé. Ils se sont portés volontaires pour fumer trois cigarettes. La moitié des sujets ont bu du vin rouge une heure avant de fumer, jusqu’à l’atteinte d’un taux d’alcoolémie de 0,75%. Le sang et l’urine ont été recueillis avant l’expérience, et encore 18 heures après.

Par la suite, il a été constaté que fumer provoque la libération de microparticules dans la circulation sanguine. Ces particules proviennent des cellules endothéliales, des plaquettes et des monocytes, elles indiquent si les cellules des vaisseaux sanguins sont endommagées ou pas. Cependant, les sujets qui ont consommé du vin rouge avant de fumer n’ont subi aucun changement cellulaire. Le vin rouge travaille comme un bouclier protecteur pour les artères.

Un autre processus biochimique affecté par le tabagisme est l’activité télomérase. Les télomères qui se situent à l’extrémité de l’ADN et qui peuvent être considérés comme des « capsules de protection » des chromosomes. Pendant le vieillissement, ces bouchons peuvent raccourcir et perdre leur capacité de protection.

Le constat

En mesurant l’activité télomérase, les scientifiques ont déterminé que le groupe qui a fumé sans boire du vin rouge a montré une diminution de 56 %de l’activité télomérase tandis que l’autre groupe a seulement montré une diminution de 20%.

L’inflammation met le stress sur les cellules en raison d’un déséquilibre dans la production d’espèces d’oxygène réactif et des antioxydants du corps.

Les effets pro-inflammatoires chez les non-fumeurs ayant un « tabagisme occasionnel » pourraient être évités par la consommation de vin rouge.

L’impertinence de l’étude

Étant donné que l’étude était limitée aux jeunes non-fumeurs en bonne santé, il n’est pas clair si ces résultats s’appliquent aux personnes âgées, aux malades ou aux fumeurs chroniques. Il n’y avait pas de comparaison avec les différentes boissons alcoolisées et non alcoolisées. Néanmoins, cette étude a identifié des mécanismes appropriés pour explorer les dommages et la protection du système vasculaire chez les humains, libérant la voie à des futures études cliniques.