La morphopsychologie dévoile les secrets de votre personnalité

Hier, j’ai lu sur Facebook un statut qui m’a vraiment étonnée. Un certain Jean Paul prétend qu’il vient d’être licencié. Marre de travailler pour les autres, il décide de monter son propre projet et de travailler comme vendeur indépendant. Avant de se lancer dans cette nouvelle expérience, il décide de visiter un morphopsychologue. Celui-ci lui recommande de changer d’idée et d’opter pour une autre activité.

Pourquoi Jean Paul ne peut pas se lancer dans la vente ?

Le morphopsychologue examine le visage de Jean Paul et détermine les caractéristiques de sa personnalité. Selon lui, son « patient » est gentil, tenace, charmant et curieux. Mais, il est aussi sensible, et manque de confiance en lui. La vente n’est pas son champ d’action. Pour qu’il réussisse son projet, il faut qu’il soit soutenu par une société ou par un groupe international. Pourquoi ?

La vente, requiert beaucoup d’efforts d’adaptation et une forte personnalité pour défier les concurrents, convaincre les clients et aussi pour résister face aux mauvaises surprises du marché. Jean Paul n’aura pas le souffle. Il finira par abandonner facilement et la faillite frappera à sa porte. Sur quoi ce présumé morphopsychologue s’est-il basé ? C’est la question à laquelle j’ai essayé de trouver une réponse.

La morphopsychologie, c’est quoi ?

La morphopsychologie part de ce principe : chaque type de visage correspond à un type de personnalité. L’analyse de la morphologie du visage est une pratique très ancienne qui date depuis plus de 5000 ans. À ses débuts, elle ne se basait sur aucune étude sérieuse. Elle était considérée comme le fruit de l’imagination. Au moyen âge des recherches sérieuses en psychologie venait la soutenir. En 1533 on invente le terme physionomie. Au 18ème siècle, en commence à analyser les liens existants entre l’esprit et le corps. On pensait que l’étude du portrait physique était capable d’informer sur l’âme. Beaucoup de recherches ont été élaborées dans ce sens.

Les résultats d’Hippocrate permettent de donner un nouvel élan à la morphopsychologie. Selon lui, un visage se compose de trois segments offrant chacun une information bien précise : la partie supérieure reflète la pensée, la partie médiane informe sur les relations humaines, la partie inférieure représente l’énergie, l’instinct et la sensualité.

Selon Hippocrate aussi, il existe plusieurs catégories de visages pouvant renseigner sur les caractéristiques d’une personnalité. On cite par exemple :   le visage du lymphatique, le visage du sanguin, le visage du nerveux, le visage du bilieux etc.

Imaginez alors que vous partiez pour un entretien d’embauche et que vous tombez sur un responsable ressources humaines passionné par la morphopsychologie. Si vous avez de grands yeux et un nez concave il constatera immédiatement que vous êtes sociable, que vous aimez la communication et que vous avez toutes les compétences pour occuper un poste de responsabilité dans sa société ! C’est ce qu’on appelle l’impact de l’apparence physique sur les entretiens d’embauche !

Je comprends maintenant pourquoi les jeunes asiatiques se précipitent aujourd’hui vers les cliniques esthétiques cherchant à débrider les yeux ou à faire une chirurgie plastique du nez.  Ils disent qu’ils le font non pour des motivations esthétiques mais, pour retrouver un boulot ! C’est absurde n’est-ce pas !  À vous de juger…