injection adrénaline contre le choc allergique

Des injections d’adrénaline contre le choc anaphylactique

Selon l’article scientifique publié dans la Revue française d’allergologie et d’immunologie clinique par F. Rancé (2004),  le choc anaphylactique ou allergique est un signe clinique grave qui peut mettre en jeu la vie de la personne atteinte. En effet, il touche environ 1% de la population.

Toutefois, les recherches effectuées sur ce syndrome ne sont pas nombreuses et les causes sont peu connues donc les solutions sont également rarissimes.

Heureusement, il s’est avéré que l’adrénaline peut sauver des vies et un traitement basé sur ce neurotransmetteur va lutter contre ce choc.

Qu’est-ce que le choc anaphylactique ?

Le choc anaphylactique est une réaction allergique paroxysmique qui pourrait même causer la mort de la personne en question. Les facteurs causant cette réaction allergique exagérée peuvent être : un médicament (pénicilline par exemple), les piqûres  d’insecte (abeille, guêpe),  une denrée alimentaire (le gluten, les crustacés, les fruits secs, le sésame, les poissons, certains fruits comme les fraises et les kiwis), les crises d’asthme. Ceci peut se transformer en une tragédie due au décès par une allergie alimentaire (Pumphrey et al, 2000).

En outre, l’allergie est un phénomène fréquent dans le monde mais ce choc ou cette réaction allergique développée n’est pas très répandue.

infographie illustrant les causes du choc anaphylactique (source test Santé, 2013)

Quels sont les symptômes de cette réaction ?

Ce choc se manifeste généralement par des réactions cutanées (les picotements, l’irritation, les démangeaisons, l’œdème de Quincke), des troubles de digestion (crampes abdominales, diarrhées, vomissement), des crises respiratoires (crise d’asthme, toux, asphyxie) sans oublier les palpitations et l’hypotension et l’arythmie cardiaque.

Traitement : Injections d’adrénaline et suivi thérapeutique

Le traitement curatif trouvé dernièrement contre le choc anaphylactique est l’administration d’une dose bien déterminée d’adrénaline qui est un neurotransmetteur et une hormone qui stimule les récepteurs α et ß adrénergiques. L’injection est réalisée au niveau de la cuisse par voie intramusculaire. Tout de même, il faut intervenir vite pour éviter les complications possibles.

De plus, il faut jumeler les injections par un massage de rééducation physique des cuisses. Le but de ce massage crural n’est pas seulement améliorer la circulation sanguine ou  raffermir la peau des cuisses et la consolider mais aussi diminuer les conséquences du choc sur les muscles et les nerfs.

Laisser un commentaire